Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Ressources
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
Avis de
Delph750
Le 30 mars 2012.

"Super cette rubrique ressources. J'ai pu faire plusieurs recherches très différentes afin de préparer une séance d'arts visuels pour ma classe de CM1. Du coup, je pense les emmener en visite au Musée l'année prochaine, en CM2.".
 
 
 
COMTE Meiffren : Nature morte dite aiguière, brûle-parfum, épée et coquillages
 
L'OEUVRE
- Titre : Nature morte dite aiguière, brûle-parfum, épée et coquillages
- Artiste : Meiffren COMTE. Peintre français né à Marseille en 1630. Il y est mort en 1705.
- Date de l'oeuvre : Avant 1680
- Domaine : Peinture
- Support / Technique : Huile sur toile.
- Exposition(s) :
- Thèmes :
- Collection art ancien
- Objet
- Acquisition : Achat à un particulier à Paris en 1968.
- Droits d'auteur : © Domaine public
- Dimensions : 96,2 x 133,3 cm
- Echelle : Moyen
 
 
contenu destiné au public adulte
COMTE Meiffren : Nature morte dite aiguière, brûle-parfum, épée et coquillages
Source : Catalogue des collections d'art ancien, édité en 2007 (M. D.)publié le 16 août 2012

DESCRIPTION ET COMMENTAIRE

Né vers 1630 à Marseille, formé chez Roland Ziegler son beau-frère, peintre d'origine allemande, Meiffren Comte bénéficie d'un grand renom auprès d'une clientèle d'amateurs aisés (1656 -1680) de la région d'Aix et Marseille.

De 1671 à 1675, il côtoie à Paris le milieu des artistes de la Manufacture des Gobelins. Son style peut être rapproché de celui de l'ornemaniste Jean Lepautre. Puis, à Marseille , il est "Maître peintre du Roi sur les galères" et peint des scènes de bataille pour les intérieurs des vaisseaux. Il est vite oublié, bien que Marielle au XVIIIème siècle le cite: "ll a excellé dans la représentation des tapis, armures, et des ouvrages d'orfèvrerie qu'il a traités en peinture dans un extrême degré de vérité". Son portrait gravé à la manière noire par Cousin est connu. A l'instar de beaucoup de peintres du XVIIème siècle dans l'exposition de Charles Sterling à l'Orangerie en 1934 "Les peintres de la réalité", c'est une copie d'une de ses œuvres par Gobin qui incite les historiens de l'art à retrouver la trace de ce provençal.

En 1978, une grande exposition à Marseille consacrée à la peinture en Provence au XVIIème siècle lui accorde un intérêt particulier. Il occupe une place à part dans la peinture de ce siècle : ses natures mortes ne s'appuient pas sur des symboliques particulières, elles relèvent du seul domaine décoratif. Les métaux et les verres se prêtent aux jeux de lumière, et Comte combine matière riche et facture large pour en rendre la magnificence. Dans ses compositions, quelques objets précieux, choisis parce que la clientèle ne peut les acquérir, reviennent fréquemment différemment associés. Aux côtés d'objets imaginaires figurent des pièces inspirées par l'orfèvrerie commandée par Louis XIV. Il les a observées à la Manufacture des Gobelins où travaille Sauveur, son fils, également peintre.

Les motifs diffusés par la gravure sont une autre source d'inspiration. Dans la nature morte de Saint-Etienne, le motif de l'aiguière à deux anses tressées viendrait selon toute vraisemblance des gravures du XVIème siècle d'Enea Vico. Sur fond de paysage arboré à la gauche du tableau, Comte dispose à profusion, dans une profondeur réduite, coffret à bijoux, brûle parfum, hanap historié, aiguière, pommeau doré d'épée, coquillages des mers du sud, plateau d'orfèvrerie tranchant sur la masse ondulante d'un tapis. Les effets de brillance sur les métaux et les rehauts de blanc qui renforcent le rendu du nacré des nautiles jouent en contrepoint du coloris froid de la somptueuse pièce de velours à frange dorée. La composition relève plus du butin que de l'apparat. Cet amoncellement de richesses a suggéré à Yvonne Allemand, conservateur du Musée en 1968, qu'il pourrait s'agir "d'une allégorie de la course" à destination d'un corsaire.



 Retourner aux résultats de ma recherche
  
 
Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez