Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Ressources
Aujourd'hui, mardi 23 janvier, le Musée est fermé sauf pour les groupes avec réservation.
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
Avis de
Delph750
Le 30 mars 2012.

"Super cette rubrique ressources. J'ai pu faire plusieurs recherches très différentes afin de préparer une séance d'arts visuels pour ma classe de CM1. Du coup, je pense les emmener en visite au Musée l'année prochaine, en CM2.".
 
 
 
contenu destiné au public adulte
Exposition "Histoire des formes de demain" : Prisunic – Une utopie consumériste – 1964-1975
Source : Département collectionpublié le 18 septembre 2013

La fin des années 1950 et les années 1960 voient advenir des changements sociaux d’envergure : la période de restriction d’après-guerre laisse place à un développement rapide des économies occidentales, et à une hausse sans précédent de la consommation. Au-delà de ce constat concret, c’est le système entier qui bascule d’une économie du besoin à une économie du désir, ainsi que l’exprime Terence Conran :

"There was a strange moment in the mid-60’s when people stopped needing, and need changed to want. Designers became more important in producing ‘want’ products rather than ‘need’ products."

En réponse à ces évolutions se constituent des stratégies consuméristes : par la publicité, le marketing et tous autres plans de séduction, par l’organisation également de l’obsolescence rapide des objets, programmée par les effets de mode ou l’innovation technologique. Le design prend alors part dans ces nouvelles logiques marchandes : ciblant une population jeune et nombreuse, il reprend avec efficacité les codes de la culture populaire, qui s’impose d’ailleurs également dans les arts (les catalogues Prisunic sont pleins de références au pop art), et évolue vers plus de couleurs et d’expressivité. Dans le domaine du mobilier, le durable est laissé de côté au profit d’une meilleure adaptation aux nouveaux modes de vie et nouvelles envies : plus décontracté, modulable, empilable, le mobilier répond mieux aux attentes de la nouvelle génération.

En France, Prisunic participe de cette aventure du design populaire, tout en la couplant au défi de la création et de l’innovation, qui doivent selon elle relever le niveau du design appliqué aux produits de grande consommation. La société fait ainsi appel, pour sa ligne de mobilier, à de jeunes designers prometteurs qui marqueront l’histoire du design : Gae Aulenti, Marc Berthier, Marc Held, Danielle Quarante, Olivier Mourgue en font partie, comme Terence Conran, qui de l’autre côté de la Manche vient de lancer Habitat. Le catalogue Prisunic de mobilier contemporain est diffusé à partir de 1964, et reste le témoin de cette utopie consumériste, alliant pensée commerciale et exigence de création.

"Il y eut un moment étrange au milieu des années 1960, où les gens ont cessé d’avoir besoin, et où le besoin est devenu désir. L’importance des designers s’accrut, dans la production de produits de désir, et non plus de produits de besoin."


Marc HELD,  Lit (2 lits monoblocs avec tables de chevet intégrées formant lit double), 1970. Résine polyester insaturée renforcée de fibres de verre moulée (GUP), bois, composants électriques. 38,5 x 217 x 147 cm.
Lecture d'œuvre

Danielle QUARANTE, fauteuil Albatros, 1969. Résine polyester insaturée renforcée de fibre de verre (GUP). 38 x 81 x 71 cm.
Lecture d'œuvre

Catalogue Prisunic, visualiser des couvertures du catalogue
www.via.fr
Exposition "PRISUNIC & LE DESIGN, une aventure unique", du 5 septembre au 30 novembre 2008. Galerie VIA, Paris.



 Retourner aux résultats de ma recherche
  
 
Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez