Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Ressources
Aujourd'hui, mardi 12 décembre, le Musée est fermé sauf pour les groupes avec réservation.
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
Avis de
Delph750
Le 30 mars 2012.

"Super cette rubrique ressources. J'ai pu faire plusieurs recherches très différentes afin de préparer une séance d'arts visuels pour ma classe de CM1. Du coup, je pense les emmener en visite au Musée l'année prochaine, en CM2.".
 
 
 
RANCILLAC Bernard : Le dernier whisky
 
L'OEUVRE
- Titre : Le Dernier whisky
- Artiste :
- Date de l'oeuvre : 1966
- Domaine : Peinture
- Support / Technique : Peinture vinylique sur toile
- Exposition(s) :
- Thèmes :
- Collection peinture sculpture installation
- Couleur
- Langage
- Société
- Acquisition : Achat à l'artiste en 1986
- Droits d'auteur : © Adagp
- Dimensions : 225 x 200 cm
- Echelle : Grand
 
 
contenu destiné au public adulte
RANCILLAC Bernard : Le dernier whisky
Source : Catalogue des collections du Musée, édité en 2000 (M. C.)publié le 31 juillet 2012

DESCRIPTION ET COMMENTAIRE

Après une période abstraite noire puis blanche, au début des années 1960, au cours de laquelle il expérimente divers techniques et supports, Bernard Rancillac réintroduit figures et couleurs dans ses peintures ("Fantomas passe-muraille", 1962). Puisant allègrement dans la bande dessinée, l'affichage publicitaire et la culture populaire (série des "Mickey", 1964), il propose des images non dénuées d'humour qui lui valent de participer en 1964 à l'exposition "Mythologies quotidiennes".

Dans" Le Dernier whisky", Rancillac joue avec les images stéréotypées des romans-photos (scène de séparation entre un pilote d'avion et une femme assise dans sa confortable voiture rouge-désir) sur un arrière-plan urbain paisible, surmonté d'un ciel uniformément bleu. Contrairement à une série plus tardive de tableaux pornographiques, l'image du désir est ici refoulée et sous-jacente. D'autant que Rancillac expérimente depuis peu la peinture vinylique qui donne à l'image un rendu figé et glacé contrastant avec la violence des tons purs dérivés de la quadrichromie de la bande dessinée ou de l'affiche.

A partir de 1968 apparaissent des thèmes plus "engagés", inspirés par l'actualité politique et traités par report sur la toile d'agrandissements photographiques : qu'il s'agisse de dénoncer la guerre du Viêtnam ("Enfin silhouette affinée jusqu'à la taille"), l'apartheid ("Au mur de Watts"), la famine dans le Tiers-Monde ("Sainte-Mère la Vache") ou le régime chinois ("Les Dirigeants chinois saluent le défilé du 20e anniversaire de la Révolution"). Dix ans plus tard, dans la série "A la mémoire l'Ulrike Meinhof", Rancillac associera des images de prison avec celles d'une voiture lancée à toute vitesse, juxtaposition insolite que peuvent justifier ses propos : "Quand je peins, ce n'est plus l'image qui m'intéresse, c'est l'impact visuel". D'où les inventions formelles comme l'utilisation de caches dans la série sur les musiciens de jazz et, dans les années 1980, le travail sur les images éclatées ("Carré serpent foot", 1981).

 


 

Autres œuvres de Bernard Rancillac dans la collection du Musée

"Danse du famélique", 1965. Huile sur toile. 200 x 200 cm. © Adagp.


"Portrait de Luc Dietrich", 1969. Acrylique sur toile. 131,5 x 90,50 x 2,50 cm. © Adagp.

"Les dirigeants chinois saluent le défilé du 20e anniversaire de la Révolution", 1970. 2 panneaux. Huile sur toile. 330 x 450 cm. © Adagp.



 Retourner aux résultats de ma recherche
  
 
Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez