Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Ressources
Aujourd'hui, mardi 21 novembre, le Musée est fermé sauf pour les groupes avec réservation.
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
Avis de
Delph750
Le 30 mars 2012.

"Super cette rubrique ressources. J'ai pu faire plusieurs recherches très différentes afin de préparer une séance d'arts visuels pour ma classe de CM1. Du coup, je pense les emmener en visite au Musée l'année prochaine, en CM2.".
 
 
 
BOLTANSKI Christian : Reconstitution, essai de reconstitution en pâte à modeler effectué le 15 novembre 1970 d'un fusil en bois que possédait C.B. entre 1949 et 1951
 
L'OEUVRE
- Titre : Reconstitution, essai de reconstitution en pâte à modeler effectué le 15 novembre 1970 d'un fusil en bois que possédait C.B. entre 1949 et 1951
- Artiste : Christian BOLTANSKI. Artiste plasticien né en 1944 à Paris. Il vit et travaille à Malakoff (Hauts-de-Seine) depuis 1969.
- Date de l'oeuvre : 1970
- Domaine : Installation
- Support / Technique : Tiroir métallique. Métal, grillage, pâte à modeler et matériaux divers.
- Exposition(s) :
- Thèmes :
- Collection peinture sculpture installation
- Temps
- Narration
- Objet
- Acquisition : Achat à une galerie en 1985.
- Droits d'auteur : © Adagp
- Dimensions : 39 x 60 x 13 cm
- Echelle : Petit
 
 
contenu destiné au public adulte
BOLTANSKI Christian : Reconstitution, essai de reconstitution en pâte à modeler effectué le 15 novembre 1970 d'un fusil en bois que possédait C.B. entre 1949 et 1951
Source : Catalogue des collections du Musée, édité en 2000 (M. C.)publié le 24 avril 2012

DESCRIPTION ET COMMENTAIRE


Jusqu'à la fin des années 1960, Boltanski disait s'adonner à une "peinture d'histoire et d'événements dramatiques", décide d'expérimenter la variété des pratiques alors en vigueur - Mail Art, cinéma, vidéo, performances, photographies et installations - au travers desquelles il poursuit une impossible œuvre de maîtrise du temps, où l'histoire se décline à la première personne du singulier ou du pluriel, avec un grand H ou comme fiction.

Puisant ses images dans les "clichés" de la vie quotidienne et usant de procédés à reproduction multiple, son art, conscient de la perte du caractère d'unicité de l'œuvre, se réapproprie la narration pour soulever des questions existentielles propres à tout un chacun.

Ainsi en est-il de la reconstitution des souvenirs d'enfance que ce soit dans de courts films ("Tout ce dont je me souviens)", la publication de livres d'images ("Recherche et présentation de tout ce qui reste de mon enfance 1944-1950", 1969) ou encore l'invention de son double, C.B, qui, dans les photographies des "Saynètes comiques", mime certaines attitudes quotidiennes.

Si le recours à des images stéréotypées rend effectivement compte de la pauvreté de l'expérience (privé de souvenirs personnels, il est aisé de s'en recréer une panoplie-type adaptable à l'envi par la narration), c'est aussi le moyen d'instaurer une plus grande complicité avec le spectateur qui s'y reconnaît et s'y retrouve.

De la même façon, l'usage des portraits photographiques anonymes présentés en série (par exemple "Les 62 membres du Club Mickey en 1955", 1972) ou plus récemment les installations sur le thème de la mémoire de l'Holocauste donnent lieu à une "réactivation" d'une mémoire collective à défaut d'être personnelle.

Ainsi "Autels Chases", composé d'un empilement pyramidal de boîtes à biscuits en fer blanc surmontées de portraits photographiques d'enfants, semble un monument à la mémoire de victimes anonymes. Les jeux d'ombre et de lumière, accentués par les lampes braquées sur les visages au point de les dissimuler, théâtralisent la scène pour réveiller les mémoires et provoquer une prise de conscience distanciée.

Le travail à partir d'objets peut constituer l'autre versant de cette œuvre tentant de pallier la fuite du temps. Répondant au même souci d'édifier le quotidien en art (ou l'art en quotidien), et dans une conception ethnologique ou anthropologique, les objets, reconstitués ou réels, puisés dans l'univers courant, sont inventoriés.
Inaugurée avec l'Inventaire des objets ayant appartenu à une femme de Bois-Colombes (1974), la présentation sous vitrine participe du surinvestissement dans la conservation dont sont chargés les musées pour tenter de dissimuler une histoire qui semble échapper à ses acteurs mêmes.
Avec les cinq boîtes en fer blanc contenant les essais de reconstitution en plastiline d'un bol et d'une cuillère, d'une paire de pantoufles, d'un fusil en bois, d'un carnet (en trois exemplaires) et d'une petite voiture (en neuf exemplaires), Boltanski rassemble des  objets qui, de même qu'ils évoquent des jouets d'enfants ou le temps révolu du modelage, retracent, en raccourci, la conquête de l'homme, de l'Âge de pierre à l'ère de l'industrialisation.
 

 


 

Sélection d'autres œuvres de Christian Boltanski dans la collection du Musée


"Reconstitution, essai de reconstitution en pâte à modeler le 22 novembre 1970 des pantoufles dont se servait Christian Boltanski entre 1949 et 1951", 1970. Tiroir métallique. Métal, grillage, pâte à modeler et matériaux divers. 39 x 60 x 13 cm. © Adagp.


"9 essais de reconstitution en pâte à modeler effectués le 6 janvier 1971 d'une petite voiture en métal que possédait C.B. en 1952", 6 janvier 1971. Tiroir métallique. Métal, grillage, plastiline et matériaux divers. 13 x 60 x 40 cm. © Adagp.


"L'Album de la famille D."', 1971. Oeuvre en 3 dimensions. Installation. 150 photographies noir et blanc encadrées de fer blanc. 150 x (22 x 30) cm. © Adagp.



"Archives des Suisses morts", 1990. 480 boîtes en métal, photographies et 15 lampes électriques. Métal, photographies, matériel électrique. Chaque boîte : H. 12 x L. 23 x P. 21,5 cm. © Adagp.


"Autel Chases", 1988. Installation. 112 boîtes à biscuits, 15 lampes et 15 photographies. Fer, photographie gélatiné argentique sur papier baryté et matériel électrique. 230 x 400 cm. Chaque photographie : 30 x 24 cm. Chaque boite : 23 x 23 x 13 cm. © Adagp.

 



 Retourner aux résultats de ma recherche
  
 
Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez