Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Ressources
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
Avis de
Delph750
Le 30 mars 2012.

"Super cette rubrique ressources. J'ai pu faire plusieurs recherches très différentes afin de préparer une séance d'arts visuels pour ma classe de CM1. Du coup, je pense les emmener en visite au Musée l'année prochaine, en CM2.".
 
 
 
DUBUFFET Jean : Site avec deux personnages E 290
 
L'OEUVRE
- Titre : Site avec deux personnages E 290
- Artiste : Jean DUBUFFET. Artiste français né en 1901 au Havre (Seine-Maritime). Il est mort à Paris en 1955.
- Date de l'oeuvre : 1981
- Domaine : Peinture
- Support / Technique : Acrylique sur papier marouflé sur toile
- Exposition(s) :
- Thèmes :
- Collection peinture sculpture installation
- Corps
- Acquisition : Dation ancienne collection Dubuffet en 1986. Musée national d'art moderne, dépôt au Musée d'Art Moderne de Saint-Etienne Métropole en 1988.
- Droits d'auteur : © Adagp
- Dimensions : 50,5 x 68 cm
- Echelle : Petit
 
 
contenu destiné au public adulte
DUBUFFET Jean : Site avec deux personnages E 290
Source : Catalogue des collections du Musée, édité en 2000 (M. C.)publié le 21 septembre 2012

DESCRIPTION ET COMMENTAIRE

Jean Dubuffet, négociant en vins comme son père et son grand-père, arrive tardivement à la peinture, en 1942, après deux tentatives infructueuses pour quitter sa vie d'"homme ordinaire". Dès lors, il n'aura de cesse d'enchaîner série sur série en expérimentant quantité de supports et de matériaux à la recherche d'un style qui, refusant tout lien avec la culture occidentale, puise ses sources dans les formes de l'art primitif ou marginal (tel l'art brut rassemblant les "travaux des irréguliers de l'art").

Plaçant délibérément son œuvre foisonnante au-delà des débats abstraction/figuration, Dubuffet adopte, dès le début, deux partis qu'il définit en ces termes : "Sur le plan de la technique, je me sens toujours balancé entre deux outrances opposées dont on verra sans peine la marque sur mes peintures, et dont l'une consiste en l'utilisation de tracés graphiques très accusés, ceux-ci, semble-t-il, obtenus par des traits noirs ou par des incisions dans les pâtes, cependant que l'autre vise tout au contraire à des effets de peinture pure où les textures internes jouent seules et dont sont exclus tous tracés et toutes formes externes. Cette idée de libérer enfin la peinture de tout dessin, d'offrir à la peinture pure - au seul langage des surfaces peintes - toutes ses chances, me poursuit depuis longtemps."

Avec son graphisme sommaire destiné seulement à indiquer qu'il s'agit de la représentation de deux femmes, et avec son rendu de la corpulence des corps obtenu tant par la délimitation vague des contours que par l'épaisseur de la pâte informe," Gymnosophie", extraite de la série des "Corps de dames", relèverait de la première attitude.

Au contraire, dans "Vie infuse", toile de la série des "Texturologies", Dubuffet évoque avec les moyens de la peinture, la consistance crayeuse d'un vieux mur, d'un macadam ou d'un sol poudré, en adoptant la gestualité libérée et l'espace "all over" des "dripping" de Jackson Pollock.

Le "Site illusoire", qui date des premières années de "L'Hourloupe" - le plus long cycle qu'ait développé Dubuffet (1962-1974) - marque une nouvelle orientation dans les recherches du peintre. Abandonnant les effets de matière et les coloris sombres, il exploite de nouveau le graphisme souligné par des couleurs vives (bleu, rouge ainsi que noir et blanc) pour créer une "écriture méandreuse ininterrompue" qui envahira jusqu'à la sculpture et les projets d'environnements architecturaux. Ici, comme dans un labyrinthe, Dubuffet s'évertue à gommer tout repère spatial, puisqu'il n'y a plus ni haut, ni bas, ni gauche, ni droite, ni fond, ni forme, ni endroit, ni envers et même "les hachures, loin d'apporter un ordre stable, contribuent aux effets d'Hourloupe, c'est-à-dire accroissent l'impossibilité pour le regard de se reposer. […] L'Hourloupe exige un regard libre, un regard qui soit lui-même créateur, lui-même capable de se laisser aller à la déroute du sens" (Michel Paquet).

Avec "Le Déchiffreur", qui appartient au cycle des "Théâtres de mémoire", Dubuffet, qui est alors âgé de soixante-seize ans, réadapte le procédé de l'assemblage, expérimenté plus de vingt années auparavant, pour repeupler, l'espace toujours aussi labyrinthique et saturé de la toile, de formes reconnaissables. Celles-ci, proches des dessins de l'art brut par l'apparente spontanéité du trait et le style volontairement enfantin des figures, se juxtaposent sans logique de narration ni d'uniformité formelle pour composer un "paysage du mental" qui, comme l'indique fort à propos le titre, invite au déchiffrement.

Si déjà dans cette peinture le personnage central, vu de profil, semble étranger à l'espace qui l'entoure, dans les "Psychosites" (dont "Site avec 2 personnages"), réalisés pour la plupart à l'acrylique sur des feuilles de papier standard - des maux de dos contraignant désormais Dubuffet à une quasi-immobilité - les figures humaines donnent l'impression de se superposer, plus qu'elles ne se fondent, au fond chaotique, réduisant l'espoir d'harmoniser les deux mondes. Un constat qui laisse entrevoir les prochaines séries des "Mires" et "Non-lieux", où le trait biffeur efface toute attache physique pour représenter un espace immatériel purement énergétique.

 
Liens
Fondation Dubuffet
Centre Pompidou :
Dossier pédagogique réalisé à l'occasion de l'exposition "Jean Dubuffet (1901-1985) exposition du centenaire", du 13 septembre au 31 décembre 2001.


Sélection d'autres œuvres de l'artiste dans la collection du musée

"Vie infuse (texturologie)", Titre attribué : "Texturologie XLVII". 30 mai 1958. Huile sur toile. 89 x 130 x 4 cm. © Adagp.

"Front de terre",  Août 1960. Pâte plastique et mica sur isorel. 114 x 146 cm. © Adagp.

"Le Site illusoire", Novembre 1963. Huile sur toile. 195 x 130 x 5 cm. © Adagp.

"Le Déchiffreur", 26 septembre 1977. Collage de 28 pièces d'acrylique sur papier marouflé sur toile. 178 x 214 cm. © Adagp.

"Site avec 4 personnages - E 250", 13 août 1981. Acrylique sur papier marouflé sur toile. 68 x 50 cm. © Adagp.

"Site avec 3 personnages - E 254", 16 août 1981. Acrylique sur papier marouflé sur toile. 50,5 x 67 cm. © Adagp.

"Site avec 3 personnages - E 344", 16 octobre 1981. Acrylique sur papier marouflé sur toile. 50,50 x 67 cm. © Adagp.

"Site avec 4 personnages - E 227", 27 juillet 1981. Acrylique sur papier marouflé sur toile. 50,5 x 68 cm. © Adagp.

"Site avec 2 personnages - E 477", 16 janvier 1982. Acrylique sur papier marouflé sur toile. 68 x 50,5 cm. © Adagp.

"Mire G113", Titre attribué "Kowloon", 1983. Acrylique sur papier marouflé sur toile. 201 x 100 cm. © Adagp.

"Non lieu, Essence diffuse (L27)", 1984. Acrylique sur papier marouflé sur toile. 103 x 68,4 cm. © Adagp.

"Gymnosophie", juin 1950. Huile sur toile. 96,2 x 145 x 5,6 cm. © Adagp.
Lecture d'œuvre



 Retourner aux résultats de ma recherche
  
 
Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez