Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Ressources
Aujourd'hui, mardi 12 décembre, le Musée est fermé sauf pour les groupes avec réservation.
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
Avis de
Delph750
Le 30 mars 2012.

"Super cette rubrique ressources. J'ai pu faire plusieurs recherches très différentes afin de préparer une séance d'arts visuels pour ma classe de CM1. Du coup, je pense les emmener en visite au Musée l'année prochaine, en CM2.".
 
 
 
FAUTRIER Jean : Lignes brisées
 
L'OEUVRE
- Titre : Lignes brisées
- Artiste : Jean FAUTRIER. Artiste français né en 1898 à Paris (France). Il est mort en 1964 à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine, France).
- Date de l'oeuvre : 1958
- Domaine : Peinture
- Support / Technique : Huile et pigments sur papier marouflé sur toile
- Exposition(s) :
- Thèmes :
- Collection peinture sculpture installation
- Matière
- Acquisition : Achat à une galerie en 1982
- Droits d'auteur : © Adagp
- Dimensions : 74 x 117 cm
- Echelle : Moyen
 
 
contenu destiné au public adulte
FAUTRIER Jean : Lignes brisées
Source : Département des publicspublié le 12 octobre 2012

Jean Fautrier est un artiste français né en 1898 à Paris. Il est mort en 1964 à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine, France).
 
BIOGRAPHIE

Artiste en marge des mouvements artistiques de son époque, Jean Fautrier fut tour à tour connu et oublié. Figuratif dans ses premiers portraits, Fautrier va aborder pour la première fois l’abstraction avec le thème du paysage. Après une période “noire”, c’est avec la série des "Otages" qu’il connut la célébrité.

Après une première période dans les années 1923-26, où le marchand Paul Guillaume lui acheta toute sa production, il quittera Paris en 1934 pour la haute montagne où il arrêtera pour un long moment toute création.

Après la guerre, il reprend ses recherches et invente une technique : les “hautes pâtes” : point de départ du futur “art informel” (1). Désormais, le fil conducteur de son œuvre sera son lien direct avec la matière, le volume. La peinture le dégoûtait, disait-il.
“Ce n’est pas le moment où les têtes tombent qu’il faut peindre des pommes”, disait-il. Choqué par les exécutions auxquels se livraient les Allemands dans le bois derrière chez lui, l’expression de cette série est une déclaration de haine contre les atrocités du nazisme.

1898 :
Naissance à Paris

1923 :

1ère exposition à la galerie Fabre. Il rencontre Jeanne Castel qui jouera un rôle déterminant dans sa vie et pour son travail artistique.

1928 :
Fautrier rencontre Malraux qui lui propose d’illustrer un livre de son choix. Il choisit "L'Enfer" de Dante, projet abandonné vers 1944-45, car les planches seront jugées trop abstraites.

1929 :

Commence à travailler avec les “hautes pâtes”.

1934-39 :
Fautrier part à Tignes où il devient moniteur de ski. Il ouvre aussi une “boîte” de musique de jazz. Il ne peint pratiquement pas à cette époque.

1941-44 :
Fautrier se lie avec Jean Paulhan, Paul Eluard, René Char.
En 1943 il se fait arrêter. Relâché, il s’installe à Châtenay-Malabry, dans une dépendance de l’établissement pour malades mentaux. Début de la série des "Otages".

1945 :
Exposition des "Otages" à la galerie Drouin.

1961 :
Fautrier reçoit le Grand prix international de la VIIème biennale de Tokyo.

1964 :
Donation des œuvres de Fautrier au musée d’Ile-de-France à Sceaux et au musée d’art moderne de la Ville de Paris.
Il décède le 21 juillet à Châtenay-Malabry.
 

DESCRIPTION ET COMMENTAIRE DE "LIGNES BRISEES"
 
"Lignes brisées" est une œuvre dans laquelle Fautrier utilise la “haute-pâte” (2). Sur un fond bleu clair, griffé, se détache une forme diffuse qui est une image, une évocation de la matière même. Les contours sont flous et sinueux, nous sommes à mi-chemin entre le réel et l’imaginaire. Pour obtenir le fond, il pose un enduit (ce fond est une peinture à l’huile et de la colle) qu’il plaque en épaisseur. Cette pâte comme un bas-relief constitue la chair du tableau qu’il saupoudre de pigments. De cette matière griffée, égratignée émerge le sujet, qui comme dans l’ensemble de son œuvre depuis les "Otages" est l’expression de la violence, de la cruauté, de la mort des humiliés de la guerre.
La signification de cette œuvre est dans la forme, dans la matière et dans le trait, mais aussi dans l’utilisation de ces couleurs imprécises et dans la recherche de la lumière qui donne naissance à une forme presque en mouvement.

CITATIONS

Michel Ragon parle des "Otages" comme étant les plus “monuments aux morts” de la guerre de 39-45, et Malraux comme “des hiéroglyphes de la souffrance”.

"Aucune forme d’art ne peut donner d’émotions s’il ne s’y mêle une part de réel. Si infime qu’elle soit ; si impalpable, cette allusion, cette parcelle irréductible est comme la clé de l’œuvre."
(Jean Fautrier).

"La réalité doit subsister dans l’œuvre, elle est la matière première."
(Jean Fautrier).

"A propos de l’art informel : Les anciens peintres commençaient par le sens et lui trouvaient des signes. Mais les nouveaux commencent par des signes auxquels il ne reste plus qu’à trouver un sens."
(Jean Paulhan, "L’art informel", 1962).

BIBLIOGRAPHIE


Pierre CABANNE, "Jean Fautrier, La différence", 1988.
Yves DROGUET, "Fautrier 43, L’Echoppe", 1995.
Yves PEYRE," Fautrier ou les outrages impossibles", Editions du regard, Paris, 1990.
Fautrier : 1898-1964 : Musée d’art moderne de la Ville de Paris, 25 mai - 24 septembre, 1989, Paris, 1989
Jean PAULHAN, "Fautrier l’enragé", Gallimard, 1962.
Michel RAGON, "Fautrier, Georges Fall", 1957.

DEFINITIONS

Art informel :

L’art informel est un mouvement artistique qui a transformé les bases et les buts de l’art. Sont regroupés dans ce mouvement toutes les tendances abstraites et gestuelles qui se sont manifestées à Paris après la seconde guerre mondiale. Les caractéristiques de l’art informel sont :
- la liberté du geste,
- l’imprévu des matières,
- le refus du dessin et de la maîtrise,
- le goût pour les tâches et les accidents.

La lecture de ces œuvres est totalement libre et il n’y a pas d’idées préconçues par l’artiste, le sens est trouvé dans un second temps.
Les principaux artistes de l’art informel sont Dubuffet, Mathieu, Wols.

Haute pâte :
Juxtaposition à même le papier de couches successives d’enduits épais blanc d’Espagne et d’épaisseur d’huile ou de colle.
Technique qu’il expérimente en 1929 et apparaît en 1940.

LIENS

Jean Dubuffet, "Gymnosophie", juin 1950. Huile sur toile. 96,2 x 145 x 5,6 cm. © Adagp.
Lecture d'œuvre


Jean Dubuffet,  "Site avec 2 personnages - E 290", 8 septembre 1981. Acrylique sur papier marouflé sur toile. 50,5 x 68 cm. © Adagp.
Lecture d'œuvre

Jean Fautrier, exposition "Repartir à zéro" (musée des Beaux Arts de Lyon, du 24.10.2007 au 02.02 2008).



 Retourner aux résultats de ma recherche
  
 
Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez