Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Ressources
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
Avis de
Delph750
Le 30 mars 2012.

"Super cette rubrique ressources. J'ai pu faire plusieurs recherches très différentes afin de préparer une séance d'arts visuels pour ma classe de CM1. Du coup, je pense les emmener en visite au Musée l'année prochaine, en CM2.".
 
 
 
BECHER Bernd et Hilla : Typologie, Chevalements de puits de mines
 
L'OEUVRE
- Titre : Typologie, Chevalements de puits de mines
- Artiste : Bernd BECHER est né le 20 août 1931 à Siegen (Allemagne) et mort le 22 juin 2007 à Rostock (Allemagne). Hilla WOBESER (BECHER) est née le 2 septembre 1934 à Potsdam (Allemagne) et morte le 10 octobre 2015 à Düsseldorf (Allemagne).
- Date de l'oeuvre : 1996
- Domaine : Photographie
- Support / Technique : 12 photographies. Photographie noir et blanc
- Exposition(s) :
- Thèmes :
- Collection photographie
- Paysage
- Société
- Acquisition : Achat à la Sonnabend Gallery (New York, New York - États-Unis) en 1996.
- Droits d'auteur : © Bernd et Hilla Becher
- Dimensions : 168,9 x 185,6 cm
- Echelle : Moyen
 
 
contenu destiné au public adulte
BECHER Bernd et Hilla : Typologie, Chevalements de puits de mines
Source : Département des publicspublié le 27 juin 2011

DESCRIPTION ET COMMENTAIRE

Les photographies de "Typologie, Chevalements de puits de mines" sont juxtaposées selon un classement d’ordre fonctionnel et esthétique. Les chevalements servent à extraire du charbon. Dans la typologie, un chevalement du puits Marseille de Saint-Etienne détruit est présenté.

Les images sont présentées sous la forme d’une grille orthogonale, selon un cadrage et un éclairage identiques.

Chaque image est photographiée avec les mêmes paramètres : une chambre photographique à trépieds, un téléobjectif avec des plaques de négatif de 13 x 18 cm. Ils privilégient le noir et blanc, les lignes d’horizon sont planes, le temps de pose est de vingt secondes pour chaque prise de vue, les architectures sont traitées de manière frontale, la présence humaine est volontairement absente et le ciel est uniforme.

Ainsi, les photographies de Bernd et Hilla Becher sont présentées comme des "sculptures anonymes" (1), sans vouloir les expliquer en termes économiques ou géographiques, mais d’en parler en terme d’esthétique. A l’origine, ces architectures industrielles ont été créées sans intention esthétique, sans considération de proportions ou de trame ornementale.


A l’aide de la photographie, ils ordonnent des formes pour en faire la comparaison. Pour ce faire, "[les architectures] sont isolées de leur contexte… en quelque sorte neutralisées. [Ils ont] voulu apporter un point de vue ou plutôt une grammaire, pour comprendre et comparer les différentes structures. C’est souvent impossible dans leur site naturel…".

 (1) "Anonyme Skulpturen", titre d’un ouvrage des Becher édité par Art Press, Verlag, 1972.

 

 
EN SAVOIR +
 
LES ARTISTES

Bernd (1931-2007) et Hilla (1934) Becher sont des photographes connus pour leur collection d’images de bâtiments industriels et techniques : châteaux d’eau, tours de refroidissements, gazomètres, puits de mines, silos, hauts-fourneaux… .

Ils se rencontrés à l’Académie des Beaux-arts de Düsseldorf durant la période de la reconstruction de l’Allemagne d’après-guerre. Dès 1957, ils décident de photographier les symboles de l’ère industrielle. Le choix de ce sujet est né d’une anecdote : Bernd Becher photographiait ce type de sujet comme matériel de base pour des peintures dans le style « Nouvelle objectivité ». De son côté, Hilla Becher, employée dans un atelier de publicité, s’intéressait à la technique photographique et les sujets mécaniques. Ils se sont mariés en 1961. Leur nom est employé en commun : Bernd et Hilla Becher ou les Becher.
De 1961 à 1965, les premières prises de vue sont des architectures de la Ruhr (Allemagne) et des Pays-Bas. Durant les années 1964 et 1965, leur corpus d’images se complète avec l’étude de sites français, luxembourgeois, et dès 1968 le patrimoine industriel s’élargit aux Etats-Unis. Ils réalisent leur catalogue d’images S
culptures Anonymes qui présente un inventaire des sites industriels qui sont détruits, désaffectés ou sous de nouvelles fonctions.

La  Nouvelle objectivité  est un mouvement allemand (1918-1930) qui se caractérise par un réalisme distancié et froid. Des artistes peintres comme Otto Dix, Max Beckman, George Grosz…portent un regard acéré sur le réel d’une époque tourmentée.


MOUVEMENT ARTISTIQUE DANS L'HISTOIRE DE L'ART

Bien que détachée de tout mouvement artistique, l’œuvre du couple photographe rappelle celle de l’entomologiste par le travail encyclopédique.  Leur démarche est qualifiée de scientifique parce que leurs clichés sont classés et archivés selon leurs emplacements géographiques ou leurs fonctionnalités.

Les Becher s’inscrivent  dans la tradition des photographes allemands tels August Sander et ses portraits (2), Albert Renger-Patzch pour les houillères et les sites industriels de bassin de la Ruhr à la fin des années 1920.
Dans les années 1970, des artistes minimalistes américains (Carl André, Sol Lewitt…) popularisent leur travail parce qu’ils voient un répertoire de formes pures, sorties de leur contexte. L’œuvre des Becher a contribué au renouveau de la photographie documentaire et par l’enseignement de la photographie qu’ils donnent à l’école de Düsseldorf, les héritiers de leurs regards sont Andreas Gursky, Thomas Struth, Thomas Ruff…


(2) August Sander, dès les années 1920, construit une typologie photographique de l’homme au XXème siècle classé par métiers.


CONTEXTE HISTORIQUE


La pratique artistique des Becher est à replacer dans le contexte des années 1950 et 1960. Historiquement, ces années sont celles d’un difficile après-guerre pour l’Allemagne. Des villes sont bombardées et le patrimoine architectural a souffert. Avec la reconstruction de l’Allemagne, Bernd et Hilla Becher prennent conscience de la fragilité du patrimoine industriel. Leur intérêt va aux architectures menacées de disparition d’un développement technique qui, vers 1960, a déjà entamé son déclin.

L’Allemagne, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, est vaincue et occupée par les puissances alliées.
Il est imposé une limitation de la production industrielle. De 1949 à 1952 le bassin de la Ruhr (entre Wesel et Düsseldorf) est sous contrôle d’un organisme international. La Communauté européenne du charbon et de l’acier (Union Européenne) est constituée en 1952, et toutes les restrictions concernant la production sont abandonnées.
Le renouvellement industriel de l’Allemagne, lié à l’économie à partir des années 1960, touche cette région de la Ruhr modelée par l’industrie. Les emplacements des aciéries et industriels sont retouchés afin d’y construire des unités de production devant répondre aux nouveaux besoins de l’Allemagne, sans considération pour les bâtiments préexistants et leur histoire.


D. M., service des publics du Musée.


 Retourner aux résultats de ma recherche
  
 
Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez