Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Ressources
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
Avis de
Delph750
Le 30 mars 2012.

"Super cette rubrique ressources. J'ai pu faire plusieurs recherches très différentes afin de préparer une séance d'arts visuels pour ma classe de CM1. Du coup, je pense les emmener en visite au Musée l'année prochaine, en CM2.".
 
 
 
ZADKINE Ossip : Femme à l'éventail ou La Douce à l'éventail
 
L'OEUVRE
- Titre : Femme à l'éventail ou La Douce à l'éventail
- Artiste : Ossip ZADKINE. Artiste de nationalité française (russe à la naissance) né en 1890 à Smolensk (Russie), mort en 1967 à Paris (France).
- Date de l'oeuvre : 1924
- Domaine : Sculpture
- Support / Technique : Pierre de Pouillenay
- Exposition(s) :
- Thèmes :
- Collection peinture sculpture installation
- Corps
- Forme
- Acquisition : Achat à l'artiste en 1960
- Droits d'auteur : © Adagp
- Dimensions : 86,5 x 35 x 27,5 cm
- Echelle : Petit
 
 
contenu destiné au public adulte
ZADKINE Ossip : Femme à l'éventail ou La Douce à l'éventail
Source : Catalogue des collections du Musée, édité en 2000 (S. E.)publié le 14 novembre 2011

DESCRIPTION ET COMMENTAIRE

La femme à l'éventail est un des thèmes de prédilection des artistes qui gravitent autour du cubisme dans le premier quart du siècle : le tableau de Modigliani ("La Femme à l'éventail", 1919, musée d'Art moderne de la Ville de Paris), la terre cuite de Henri Laurens ("Femme à l'éventail", 1921, coll. part.), la sculpture d'Archipenko ("Danseuse espagnole", 1914, musée de Tel-Aviv) en témoignent. Ce sujet permet à Zadkine d'expérimenter les possibilités du matériau, de la lumière, du creux et du relief.

Les formes aplanies et décomposées en éléments quasi géométriques de "La Douce à l'éventail" se répondent, donnant son équilibre et sa stabilité à l'œuvre. Elles sont animées par le motif syncopé de l'éventail, qui ici contraste avec le relief monolithique du corps féminin, dénotant une constante domination de la forme, caractéristique de Zadkine.

Toute une partie de son œuvre, dans la lignée de "La Douce à l'éventail", tend à la sobriété et à la recherche d'un certain classicisme tandis que l'autre, foisonnante, est empreinte de fantaisie et d'un esprit presque baroque ("Homo Sapiens", 1933-1935, M.N.A.M., Paris) : "Je dois avouer que je ne me suis jamais trouvé et que c'est vraisemblablement l'état de quête qui a développé précisément en moi une passion qui ne m'a jamais abandonné et qu'on doit pouvoir trouver dans chacun de mes bois ou pierres taillées" (Zadkine, "Le Maillet et le ciseau", 1968).

Dans les années 1930, Zadkine revient à une conception plus spatiale de la sculpture, procède à une réhabilitation du sujet, plus particulièrement des grands thèmes lyriques et épiques dont l'aboutissement est "La Ville détruite" (1951-1953) pour Rotterdam, qui ne représente pas l'histoire tragique de la ville mais tente d'incarner la douleur.
 

 


 

Autre œuvre de l'artiste dans la collection du Musée :


"Le sculpteur", 1938. Sculpture, bois polychromé. 191 x 132 x 100 cm. © Adagp.



 Retourner aux résultats de ma recherche
  
 
Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez