Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Ressources
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
Avis de
Delph750
Le 30 mars 2012.

"Super cette rubrique ressources. J'ai pu faire plusieurs recherches très différentes afin de préparer une séance d'arts visuels pour ma classe de CM1. Du coup, je pense les emmener en visite au Musée l'année prochaine, en CM2.".
 
 
 
La restauration (exemple d'un dessin de Bernard PAGES)
 
L'OEUVRE
- Titre : Empreintes de trois plaques de fer rouillées
- Artiste : Bernard PAGES. Artiste français né en 1910 à Cahors (France). Il vit et travaille à Contes (France).
- Date de l'oeuvre : 1977
- Domaine : Arts graphiques
- Support / Technique : Empreinte de rouille et tracés à la mine de graphite, à l'encre et au stylet, sur papier Arches.
- Thèmes :
- Collection peinture sculpture installation
- Abstraction
- Acquisition : Donation de Mme Vicky Rémy en 1992
- Droits d'auteur : © Bernard Pagès
- Dimensions : 26,5 x 24 cm
- Echelle : Petit
 
 
contenu destiné au public adulte
La restauration (exemple d'un dessin de Bernard PAGES)
Source : Département collectionpublié le 12 janvier 2012


DESCRIPTION ET COMMENTAIRE


Bien qu'utilisée en dernier recours, la restauration fait partie intégrante de la vie du musée. Confiée à des restaurateurs extérieurs, ces interventions deviennent indispensables quand la stabilité et la lisibilité des œuvres sont en danger. Les qualifications requises pour prétendre au titre de "restaurateur" ont été définies par la circulaire de 2002 relative à la restauration des biens des collections des musées de France.

Les restaurations concernent tous les secteurs de la collection : design, photographie, peinture, sculpture, etc.
Le restaurateur intervient à différentes étapes du chantier des collections : lors des campagnes de constats, il est sollicité afin d'établir un état des lieux précis d'un secteur particulier de la collection. Il peut également fournir un constat d'état précis, document essentiel qui donne l'état détaillé de l'oeuvre. Ce document doit être systématiquement édité avant chaque mouvement d'oeuvre (départ, arrivée). Il est alors réalisé, selon les institutions, par le conservateur, le régisseur des collections ou par un restaurateur. La restauration elle-même a lieu au musée ou dans l'atelier du restaurateur. Elle peut être légère, comme le bichonnage qui consiste en un simple dépoussiérage de la surface, ou aller jusqu'à une réintégration de lacunes ou même une réparation d'une toile en cas de déchirure.

L'art contemporain, par la diversité accrue des matériaux utilisés par les artistes pour la réalisation de leurs oeuvres, pose de multiples questionnements lors des interventions des restaurateurs. Les matériaux plastiques et industriels, la diversité des liants dans la peinture amènent souvent à faire des choix et éventuellement des compromis indispensables à l'alliance des exigences de conservation et du respect du travail de l'artiste.
 

LA RESTAURATION D'UN DESSIN DE BERNARD PAGES (voir ci-contre à gauche : avant et après restauration)

Dans le cadre de son mémoire de fin d'études à l'Institut National du Patrimoine, département des restaurateurs, spécialité Arts graphiques et livre, Valeria Duplat a effectué une étude approfondie sur les composantes d'un dessin de Bernard Pagès : "Empreintes de trois plaques de fer rouillées", 1977 (donation Vicky Rémy) avant d'effectuer la restauration. 

L'utilisation par l'art contemporain de matériaux modernes, de qualité médiocre ou de rebut, l'expérimentation de nouvelles formes d'expression ou encore le manque d'intérêt de la part de certains artistes pour la question de la pérennité de leur oeuvre, ont souvent pour conséquence une dégradation rapide des oeuvres aujourd'hui conservées dans la collection patrimoniales. 

Ce dessin, bien avant son entrée dans la collection, présentait un état de dégradation alarmant. Issus du contact entre un matériau d'origine minéral et un matériau d'origine organique, l'artiste a associé deux éléments dont les qualités - solidité pour l'un, fragilité pour l'autre - sont contraires. En effet, le support papier se confronte à trois plaques de fer de huit centimètres de largeur. Les feuilles de papier sur lesquelles ont été appliquées les pièces métalliques oxydées gardent la trace de la rouille. Particulièrement sensible aux rapports des couleurs, Pagès a retenu dans l'élaboration de ses oeuvres la trace rousse laissée sur la surface blanche du papier. Cette trace colorée constitue l'articulation entre les deux matériaux différents, et vient rehausser le jeu d'oppositions qui existe entre eux. Ce contraste de couleurs entre les matériaux est exploré de manière récurrente dans l'oeuvre de Pagès.

La restauration comprend un doublage avec une feuille de papier japonais, collé avec de la gélatine, une réintégration des parties manquantes grâce à une pâte à papier teintée.
L'encadrement a également fait l'objet d'une réflexion approfondie, en tant qu'outil privilégié de conservation préventive. Un capot en plexiglas offre une protection satisfaisante. Non limité par une baguette d'encadrement, cette solution permet également de respecter l'esprit de l'œuvre.

 


D'autres œuvres de Bernard Pagès dans la collection du Musée


"Tas de bûches et de briques", 1969. Bûches teintes et briques creuses. 80 x 300 x 300 cm. © Bernard Pagès.



Sans titre, 1972. 2 tôles ondulées appuyées au mur, au sol d'un côté 60 bâtons teintés en rouge parallèles au mur et de l'autre 16 bâtons teintés en jaune perpendiculaires au mur, la disposition des bâtons droite/gauche est indifférente. Tôle et bois teinté. Chaque plaque : 250 x 90 cm. Chaque bâton rouge : environ 90 cm. Chaque bâton jaune : environ 250 cm © Bernard Pagès.



"Fil de fer", 1973. Oeuvre en 3 dimensions. Fils de fer recuits fixés sur panneau de bois. 120 x 121 x 4,50 cm. © Bernard Pagès.



"5 billots fendus", 1975. 5 pièces. Bois taillé, fendu et peint. Chaque pièce : 39,5 x 19 x 19 cm. © Bernard Pagès.



"Variation de l'organe de maintien-Assemblages bout à bout", 1976. 5 pièces. Branche de bois et bois taillé assemblés. Taille d'une pièce : environ 80 x 18 x 12 cm. © Bernard Pagès.


"Les mâts", 1976. 5 pièces. Sculpture. Brique, enduit, bois et terre. Chaque mât : 455 x 65 x 6 cm. Piètement : 70 cm de côté. © Bernard Pagès.


"Assemblage jumelé", 1977. Sculpture. Bois et caoutchouc noir. 69 x 101 cm. © Bernard Pagès.



 Retourner aux résultats de ma recherche
  
 
Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez