Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Expositions / Expositions archivées
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
 
 

Expositions archivées

 
yan pei ming, corps non identifie
"Corps non identifié", 2003. © Adagp.
 
 
YAN Pei-Ming
Exécution
Du 03 mars 2006 au 30 avril 2006
 
YAN Pei-Ming est né à Shangai (Chine) en 1960. Il vit et travaille à Dijon.

Au singulier, l’exécution est un sujet, une manière, une posture.

En un peu plus d’une trentaine de peintures Yan Pei-Ming aligne sur les vastes cimaises du musée la terrible litanie des figures de la mort - qu’elle soit vanité, factuelle, allégorique ou fantasmée.


Yan Pei-Ming est cet adolescent chinois qui abandonne son pays en 1980, volontairement exilé en France pour devenir artiste. Il est devenu peintre, chinois, français, un peintre de la peinture à l’huile d’une expressivité distanciée, mais d’une frontalité évidente, d’un jeu jamais gagné à l’avance qui fait que chaque tableau doit se défendre, s’imposer et trouver son autonomie de contenu et de style. Un artiste qui fait une peinture qui défie l’espace de présentation et submerge le spectateur.

- La peinture comme un environnement, englobant et terrifiant car l’échelle est disproportionnée, comme l’est le geste d’application.
- La peinture qui concourt désormais dans les mêmes catégories que l’installation, que les projections d’images animées, et qui ne peut plus se prévaloir de son statut historique et “premier” pour désirer se situer à part.
- La peinture comme preuve - et pas seulement des valeurs-refuge d’un marché dit tout-puissant - d’un champ toujours ouvert et opérant.

L’exposition, comme un récit, construit à dessein pour une mise en scène de la peinture d’histoire : crânes, gisants, exécutés, exclus, futurs cadavres. Le panorama des sujets fonctionne comme une machine à remonter le temps : crâne (depuis longtemps mort), gisant (juste mort), exécution (en train de mourir), mendiant (pas encore mort mais déjà exécuté), autoportrait (futur mort). Un paysage nocturne y occupe une place cruciale en tant que noeud narratif à fort soupçon dramatique : le paysage, une forêt de conifères décharnés est un lieu de crime. Le mobile et les circonstances sont bien sûr laissés en proie à toute interprétation possible. Quant aux fleurs réunies en un bouquet, elles sont d’abord la mémoire d’un ensevelissement (fleurs des funérailles du père).

Les habituels succès iconographiques de l’artiste - fameux portraits en noir ou en rouge du président Mao par exemple - sont oubliés volontairement au profit de ces images dramatiques. Paradoxalement les tableaux les plus poignants - cadavres à la morgue - sont peints dans des gammes de blanc à peine sali de gris légers. Les visages émergeant du flou de voiles blancs. Une exposition percutante qui sait assigner au spectateur une place prépondérante mais inconfortable en ce qu’il est confronté à son inéluctable destin après être passé devant tant d’images fortes et dures.


CATALOGUE

yan pei ming,catalogue de l'exposition execution

YAN Pei-Ming, Exécution
Anthologie des textes parus sur Yan Pei-Ming / Editions Presses du Réel, 2006 /Prix : 19 euros / Disponible à la librairie du Musée et en librairies spécialisées. Consultable à la bibliothèque Jean Laude.
  
 >>Retour à la liste des expositions
 
Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez