Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Expositions / Expositions archivées
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
 
 

Expositions archivées

 
travaux en cours / en cours de travaux
Visuel. © S. Binoux, Cité du design, service communication. Mai 2012.
 
Eléonore PANO-ZAVARONI, "De rien", 2012. Installation mur peint, présentoir à cartes postales, cartes postales. © DR.
 
Peter JANSEZIAN, "Le monde arabe d'avant et d'aujourd'hui", 2012. 6 impressions numérique. 42 x 29,7 cm, chacune. © DR.
 
Geoffrey VEYRINES, "Mélodie des mécaniques pour orgue", visuels pochette, édition limitée, sortie : 25 mai 2012, format : CD (single). © DR.
 
Nayoung KIM, "Paysage plié", installation, 2012. Technique mixte - bois, peinture, charnière, bombe de peinture. Dimensions du paravent : hauteur 1 m 50, longueur variable. © DR.
 
Laurine MUNOZ, "Sans titre", 2012. Huile sur toile. 113 x 93 cm,. © DR.
 
Florent DUBOIS, "Monsieur le mystérieux Nazca", 2012. Crayon sur papier. 30 x 40 cm. © DR.
 
Stephane JAUNE, Vidéo couleur, durée : 5 mn, en boucle. © DR.
 
Céline THIZY, "Fragments indiens "karanji, rangoli, maida"", 2012. Capture écran d'une des trois projections vidéo simultanées. © DR.
 
Julie SAS, "Les habitacles", 2012. Dispositif sculptural (moquette, métal, bois, carton et corps humain). Dimensions variables. © DR.
 
 
Travaux en cours / En cours de travaux
Exposition d'étudiants d'Ecoles Supérieures d'Art
Du 02 juin 2012 au 14 juin 2012
 

"Travaux en cours / En cours de travaux", exposition organisée en collaboration avec l’Ecole supérieure d’art et design de Saint-Etienne, présente des travaux d'étudiants (dessins, peintures, photographies, vidéos, installations ou performances) dans les salles du Musée d’Art Moderne de Saint-Étienne Métropole.

Outre le fait de favoriser la rencontre entre des étudiants en fin de cursus de différentes Ecoles supérieures d’art, cette action leur permet d’expérimenter la présentation de leurs travaux dans un espace institutionnel et de confronter leurs pratiques à un cadre professionnel, tout en conservant le caractère de "laboratoire" indispensable à ce type de projet. C’est aussi pour eux l’occasion de se confronter au public d’un musée et d’appréhender la réception de leur travail.

Pour cette édition 2012, "Travaux en cours / En cours de travaux" rassemble neuf étudiants des Ecoles supérieures d’art de :
- Annecy, Eléonore PANO-ZAVARONI
- Besançon, Peter JANSEZIAN
- Clermont Métropole, Geoffrey VEYRINES
- Grenoble-Valence, Nayoung KIM et Laurine MUNOZ
- Lyon, Florent DUBOIS
- Nîmes, Stéphane JAUNE
- Saint-Etienne, Céline THIZY
- Genève, Julie SAS.



Les étudiants ont été sélectionnés par le corps enseignant des écoles participantes.
Dans le cadre de cette exposition, chaque étudiant a proposé un texte de présentation sur son travail.



Eléonore PANO-ZAVARONI
Ecole supérieure de l’agglomération d’Annecy


Considérer l’indifférence. Ici, il n’y a rien à attendre.
Une invitation poétique à flâner tout autant que la proclamation d’une attitude : on n’attend rien, et pourtant on est là, on fait les choses. Une sorte d’agence poétique, un peu frêle.
L’écriture disparait, le corps est pris dans l’image qui devient floue, et apparaissent les cartes postales. On zoome. Sept artistes dont je me sens proche sont invités à faire une pièce dont le format est la carte postale type. Exposition collective, pièce à emporter, à envoyer. On entre pour sortir.
Artistes invités : Elise Carron, Elise Grognet, Noh Young Sun, Quentin Derouet, Déborah Ghisu, Benjamin Artola, Nicolas Koch, Kathrin Wolkowicz.



Peter JANSEZIAN
Ecole régionale des beaux-arts de Besançon


Apatride, né en 1980 à Jérusalem puis titulaire d'un passeport jordanien Peter JANSEZIAN a grandi en côtoyant les portraits des dirigeants du monde arabe. Les événements récents et le "printemps arabe" ont vu ce monde basculer et ses dirigeants sont aujourd'hui décédés ou destitués. Ils n'existent plus maintenant que dans l'histoire qui reste encore à écrire.


Geoffrey VEYRINES
Ecole supérieure d’art de Clermont Métropole


Avec Mélodie des mécaniques pour orgue, le monstre est mis à nu, nous avons désactivé le soufflet, les notes ne résonnent plus dans la cathédrale. Avec le silence apparaît le squelette rythmique d'un hymne désormais en filigrane. "Qui n'a jamais écouté l'orgue ne comprend pas comment l'éternité peut évoluer" (Emile Michel Cioran).
Chacune des peintures de cet ensemble, Images résiduelles, est réalisée d'après des souvenirs ou des impressions provenant de paysages ou de films. La palette est extraite des couleurs du crépuscule. Fantômes d'images, sensations fugaces, évanescentes, la paupière intérieure de l'œil devient écran et la toile le réceptacle des visions intimes du regardeur aux yeux fermés.
Undead Canevas, espace et couleur sang de bœuf. Déclinaison première.




Nayoung KIM
Ecole supérieure d’art et de design Grenoble-Valence


Ce travail rend compte de la mutation du paysage désiré dans la construction urbaine et la coexistence de deux mondes de temporalités différentes qui se font écho.


Laurine MUNOZ
Ecole supérieure d’art et de design Grenoble-Valence


On ne voit jamais une chose pour la première fois, mais la seconde ; lorsqu'elle se lie à une autre. L'image derrière l'image, celle que l'on voit au-dehors et celle que l'on regarde au-dans. Chacun de mes gestes est une tentative de capture ; épingler une pensée par différents langages, rechercher l'articulation entre une intériorité sans substance et son expression. Rendre visible l'écho qui se produit en nous, dans une discussion à sens unique où les mots ne peuvent peindre l’indicible.


Florent DUBOIS
Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Lyon


Les objets anthropomorphiques que je dessine sont assimilés aux personnages d’une saynète fragmentaire. Juxtaposés, ils forment une parade de figures qui passent du comique au maussade, de l’élégant au grotesque. Sans distinction entre leurs différentes origines ou différents usages supposés, des bibelots côtoient des objets artisanaux et folkloriques. Soumis à des déformations plastiques, ils sont affectueusement détournés de leur banalité paresseuse et des présupposés qu’ils impliquent. La seule valeur que je leur accorde vient de leur capacité à stimuler l’imagination par leur aura mystérieuse et séduisante.
Dans les dessins, les petites effigies semblent happées par des bavures noires ou recouvertes de taches colorées qui contaminent l’ensemble de la feuille. Le blanc qui les entoure suggère que les figures sont creuses ou se vident progressivement et apporte ainsi une certaine gravité théâtrale à ces objets volages qui, évidés de toutes parts, ne gardent que leurs traits les plus reconnaissables.
Quant aux titres, aussi absurdes que sentimentaux, ils renseignent sur la provenance des objets ou sur la lecture que j’en fais.

   

Stéphane JAUNE
Ecole supérieure des beaux-arts de Nîmes


Rapport à la vidéo, une réflexion autour de l'image, la dualité, le noir et le blanc, un espace-temps qui ouvre sur l'incertitude, un jeu de déplacement entre les individus, interchangeabilité. Ce groupe d'oiseaux, cette "assemblée" nous renvoie au collectif mais aussi à notre condition d'êtres vivants.


Céline THIZY
Ecole supérieure d’art et de design de Saint-Etienne


Fragments indiens "aranji, rangoli, maida", trois projections vidéo simultanées 2012, ces courts-métrages sont des fragments d’une réalité vécue en Inde. Ils donnent à voir des gestes quotidiens avec une part d’extraordinaire qui réside dans le rythme, les couleurs, les matières, les textures, les sonorités… L’idée est de retranscrire les sensations vécues et de comprendre le processus de fabrication des objets "karanji, rangoli, maida" qui m’étaient alors inconnus.


Julie SAS
Haute école d’art et de design de Genève


"Les habitacles" est un dispositif d'éléments sculpturaux se jouant de l'architecture et du statut du lieu qu'il investit, dans un souci de confrontation aux corps des spectateurs.
A la frontière de l'espace privé et de celui, plus officiel, du musée, l'ensemble convoque l'atmosphère d'inquiétante étrangeté qui est celle de lieux sans qualités, en marge d'un système économique et politique maitrisé.
La sculpture vivante "puissance neutre" questionne en ce sens la possibilité d'un corps objet, neutralisé et constant, renvoyant aux propriétés existentielles du corps humain et à sa condition.


 
Edition 2011, du 29 avril au 5 mai
Edition 2010, du 28 avril au 6 mai
Edition 2009, du 29 avril au 6 mai
Edition 2008, du 11 au 20 avril
Edition 2007, (1/2) du 3 au 6 mai
Edition 2007, (2/2) du 24 au 28 janvier

 

RESSOURCES EN LIGNE

L'ensemble de ses ressources du Musée sur les collections (peinture, sculptures, photos, design, art ancien) et les expositions temporaires.
Ressources

  
 >>Retour à la liste des expositions
 
Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez