Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Expositions / Expositions archivées
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
 
 

Expositions archivées

 
 
Nicolas A. A. BRUN, "Regain", 2011. Installation, polypropylène cannelé blanc, caisson lumineux. 60 x 80 x 170 cm. © DR.
 
Nicolas A. A. BRUN, "L'incorporation de la lumière", 2011. Vidéo. © DR.
 
Jean-Marc CERINO, "Malevich sur son lit de malade, vers 1934", 2011. Peinture à l'huile sur verre et peinture à la bombe sous verre. 33,5 x 36 cm. © DR.
 
Jean-Marc CERINO, "Cap Canaveral, rampe de lancement désaffectée, 1983", 2012. Impression sur bâche. 164 x 250 cm. © DR.
 
Pierre ARNAUD, "Kopros Collekt", 2012. Techniques variées. Dimensions variables. © DR.
 
 
Local Line 14 : Dreams & ruins
Galerie d'art de Bosnie-Herzégovine, Sarajevo, BOSNIE-HERZEGOVINE
Du 10 novembre 2012 au 01 décembre 2012
 

"Dreams & ruins" est un titre qui permet de circonscrire tant les propositions des quatre artistes présents dans cette exposition : Nicolas A. A. Brun, Pierre Arnaud, Jean-Marc Cerino et Éric Manigaud, que l’image de ce que fut et reste Sarajevo. Le rêve d’un "vivre ensemble" et les ruines réelles et symboliques d’un tel rêve. Ce sont donc bien les rêves simples devenus utopies, car impossible à être aujourd’hui, qui - tant par l’image de cette ville que dans les œuvres proposées par les artistes de cette exposition - sont questionnés par ce titre. Il s’agirait donc moins des ruines laissées par les utopies que les ruines d’un monde qui refuse l’ouvert des possibles.
Par la puissance de l’art à inaugurer d’autres rapports qui s’opposent aux rapports ambiants, il reste un des derniers refuges de ces rêves. Car si par lui-même il ne peut pas changer ce qui serait de l’ordre du politique ou du social, par sa force symbolique due au lien étroit entre esthétique et politique il peut inaugurer de tels possibles, de nouveaux rapports.

NICOLAS A. A. BRUN

Dans ses derniers travaux, Nicolas A. A. Brun porte un intérêt particulier à la matière, l’énergie et l’espace. Si le temps devient un des éléments récurrents - et ce dans ces diverses acceptions - dont il joue librement, le carbone est la matière dont il use le plus.
Acceptée aujourd’hui par une grande partie de l’humanité, la notion de temps linéaire est pour lui une tare, une inadmissible erreur : "Nous avons créé le monde qui nous entoure avec cette faute pour socle ; l’espace est devenu quantité négligeable". Il souhaite dans son art "se souvenir du futur et du paysage que nous ne savons plus, construire du sauvage et de l’espace, que le regard s’échappe du temps, que nous ne soyons jamais quand".
Il veut qu’il ne lui soit plus jamais donné de penser sans sentir. "Cesserons-nous enfin d’être des Hommes pour devenir des individus ?" est sa préoccupation principale. Pour créer cet individu, il faut avoir recours au mythe ; la recette qu’il emploie pour ce faire est l’historicisation de ce qui est en devenir.

nicolasaabrun.free.fr

JEAN-MARC CERINO

Avec ses nouvelles propositions, Jean-Marc Cerino procède par associations sémantiques ou formelles ; les rapprochements sont multiples et ouverts, montage, remontage; la mémoire des formes travaille.
Les deux pièces proposées ici travaillent ensemble tant dans une tension purement formelle qu’au niveau d’un sens invitant à l’ouvert même du sens, et ce même si le titre, Ruines de songes, peut nous aider à voir à quoi ça travaille : "que sont devenus les rêves ?"

Jean-Marc Cérino sur le site de la galerie Bernard Ceysson
www.bernardceysson.com

ERIC MANIGAUD

Les ruines d’Eric Manigaud ne sont pas rêvées mais bien issue de la réalité de l’Histoire. Les grands dessins présentés interprètent des images photographiques de villes dévastées par la Seconde Guerre mondiale. Le processus artistique vient poser de la poudre de graphite sur une page blanche, recréant la ruine dans une autre temporalité, lente et minutieuse, lisible et discernable qu’avec le temps et la distance. Son travail assoit des temps de l’Histoire dans une permanence fluide et fragile, un instant qui se dilate, à la fois lourd et fulgurant.

L'artiste expose à la galerie Houg (Lyon) du 16 novembre 2012 au 5 janvier 2013
www.galeriehoug.com



PIERRE ARNAUD

Pierre Arnaud se présente dans ce projet comme un glaneur de déchets ou d’excréments, du grec Kopros. Pourtant les petites inventions qu’il nous donne à voir, à partir de fragments d’une réalité déchue sont autant de redécouvertes de matières, d’équilibres, de rapports. Chaque assemblage propose une rencontre inédite entre deux ou plusieurs éléments prélevés dans l’environnement de l’artiste. Tout comme dans son travail de vidéaste ou de photographe, Pierre Arnaud démontre sa capacité à réenchanter le monde au travers de micro-interventions sur des petites choses de nos vies, objets perdus, oubliés, sans vie, détruits, qui grâce à ces rencontres impromptues et leur mise en valeur, posés sur un socle, nous racontent une nouvelle histoire qui permet là encore d’ouvrir aux possibles malgré la ruine annoncée.

pierrearnaud.canalblog.com

Le site de la Galerie d'art de Bosnie-Herzégovine

  
 >>Retour à la liste des expositions
 
Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez