Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Expositions / Expositions archivées
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
 
 

Expositions archivées

 
Enrico,Castellani,Superficie bianca
Enrico Castellani, "Superficie bianca" (Surface blanche), 1966. © ADAGP, Paris 2013. Crédit photo : Giorgio Colombo.
 
Günther Uecker, "Ordos", 2008-2009. © ADAGP, Paris, 2013. Crédit photo : Nic Tenwiggenhorn.
 
 
Enrico CASTELLANI - Günther UECKER
Du 14 septembre 2013 au 15 décembre 2013
 

Günther Uecker et Enrico Castellani sont tous deux nés en 1930, le premier en Allemagne, le second en Italie. Ils appartiennent aux avant-gardes des années 1950-1960, une génération d’artistes questionnant l’Europe de l’après-guerre et ses nombreux bouleversements politiques, sociaux, économiques, scientifiques et artistiques.

En corrélation avec la conquête de l’espace, le travail de ces artistes explore une dimension excédant la surface de l’œuvre et ne se limite plus à l’objet tableau ou sculpture. Ils sont les héritiers de la pensée de Lucio Fontana (1899-1968), qui ouvre l’œuvre par le geste radical d’entaille de la toile. L’œuvre peut devenir une installation, elle prend en compte le vide, l’espace, la lumière, le mouvement, le lieu, l’expérience du spectateur. Au lendemain du chaos de la guerre et du vacillement de l’idée d’humanité même, ces composants immatériels nous révèlent un rapport sensible et objectif au monde.

GÜNTHER UECKER

Günther Uecker, vit et travaille à Düsseldorf, en Allemagne. Avec Otto Piene et Heinz Macke, ils fondent le groupe ZERO et font table rase du passé ; c’est le point de départ nécessaire pour de nouvelles recherches artistiques. "ZERO est silence, ZERO est commencement, ZERO est rond, ZERO tourne…" 1. La carrière de Günther Uecker s’amorce avec ses œuvres martelées de clous, caractéristiques de son rapport à la matière. Il marque, inscrit, trace et structure la matière comme on structure une pensée avec le langage. Le clou est envisagé à la fois dans ses qualités fonctionnelles d’outil et dans ses qualités esthétiques et symboliques. Le clou fixe, assemble, réunit, transperce éventuellement la chair, ou agit comme un élément qui pointe et guide le regard. Les clous, le bois, la pierre, la ficelle, les cendres, le latex, la toile, l’encre ou le sable, constituent les bases matérielles d’une écriture sensible considérant que "le tableau commence là ou` les mots s’arrêtent" 2.

La quête de l’intensité du geste est aussi essentielle dans le travail de Günther Uecker. Par la répétition mécanique, l’ordonnancement et la concentration, l’artiste recherche une profondeur méditative, qui s’acquiert dans la pleine conscience du corps et la semi-conscience de l’esprit. En effet, dans "Sandmühle" (Moulin à sable), œuvre réalisée en 1970, Günther Uecker matérialise une surface circulaire de sable dans laquelle des cercles concentriques sont tracés par un geste mécanique.

Le spectateur est ainsi placé dans un cycle infini. L’œuvre devient la manifestation d’un temps et d’un espace, une expérience à vivre. Elle invite le spectateur à laisser errer ses pensées dans les différentes strates de l’œuvre : matérielle, symbolique, philosophique et spirituelle.

ENRICO CASTELLANI

Enrico Castellani ouvre avec Piero Manzoni la galerie Azimuth à Milan, en 1959. Ils éditent deux numéros de la revue du même nom et y développent les notions de "la nouvelle conception artistique", qui n’est ni un mouvement, ni un manifeste puisqu’ils se refusent à l’inscrire dans un courant de pensée artistique quel qu’il soit. Cette génération d’artistes se dégage du climat d’anxiété et de malaise existentiel d’après-guerre, sans pour autant participer à l’optimisme de la reconstruction lié à l’évolution industrielle et qui entraîne une course à la consommation.

Au-delà des questions de représentation, d’expression ou d’abstraction, il s’agit de rompre avec l’idée même de composition - sachant qu’elle existe déjà avec la présence d’une simple tache ou d’une bichromie - afin d’exclure toute possibilité d’interprétation.

Enrico Castellani utilise des matériaux évidents, traditionnels afin d’éviter que le résultat ne devienne un objet de contemplation : il conserve ainsi l’utilisation de la toile et joue avec son élasticité à l’aide d’arceaux ou de clous, exercant une poussée ou enfoncant la surface.

En créant ces reliefs, l’artiste ne cherche pas à donner une forme mais élabore un système répétitif d’un tableau à l’autre : ces éléments multipliés à l’infini, ainsi que la monochromie, permettent à l’artiste d’échapper aux dimensions tangibles de la superficie de l’objet pour aller vers la mesure du temps.

La surface existe à part entière, elle "est". Le mouvement n’est ni figuré, ni évoqué par la peinture, mais ce sont les surfaces qui, se modulant grâce à leurs reliefs, captent les mouvements de l’espace par des jeux d’ombre et de lumière. Enrico Castellani définit ses surfaces comme "objet d’assimilation instantanée" 3 : elles agissent comme un révélateur dans la relation espace - spectateur.

Pour l’artiste il ne s’agit pas de déformer l’espace mais de le structurer de manière à ce que l’on puisse le percevoir et en jouir sensoriellement. Ces surfaces, en tant qu’éléments de compositions, "ne font plus partie du domaine de la peinture ou de la sculpture, et comme ils peuvent assumer le caractère de monumentalité de l’architecture ou redimensionner l’espace, ils sont le reflet de cet espace intérieur total, privé de contradiction, auquel nous aspirons" 4.  

1. Otto Piene, "Der Neue Idealismus" (Le Nouvel Idéalisme), 1963. Ce texte est considéré comme le manifeste du groupe ZERO.

2. Günther Uecker, "Günther Uecker : Opus liber 1960 – 2005 Verzeichnis der bibliophilen Bücher und Werke 1960 – 2005", Catalogue of the Bibliophile Books and Works, Mainz München, Chorus Verlag, 2007, p.9.  

3. Enrico Castellani, revue Zéro, n°3, publiée en Allemagne en 1961 par Otto Piene et Heinz Mack.

4. Ibid.


CATALOGUE

Couverture du catalogue de l'exposition Castellani - Uecker 

ENRICO CASTELLANI - GÜNTHER UECKER
Textes : Achille Bonito Oliva, Bruno Cora, Davide Di Maggio, Lorand Hegyi et Alexander Tolnay / Langues : bilingue français - anglais /  Edition : Silvana éditoriale / Date de parution : septembre 2013 / ISBN 9782907571678 / Prix : 28 euros / En vente à La Boutique du musée / En consultation à la bibliothèque Jean Laude.


GUIDE DU VISITEUR

Couverture du guide du visiteur "Enrico Castellani - Günther Uecker"

Télécharger (format pdf ; poids : 733 K°)


RESSOURCES

L'ensemble de ses ressources du Musée sur les collections (peinture, sculptures, photos, design, art ancien) et les expositions temporaires.
Ressources

- Cartes pédagogiques - Jeune public (3-6 ans) :
Le Service des Publics du Musée propose des cartes pédagogiques pour les enfants de 3 à 6 ans sous forme de questions-réponses sur une sélection d'œuvres présentées dans l'exposition :

Cartes ressources "Enrico Castellani"   Cartes ressources "Gunther Uecker"

Disponible sur demande :
- À l'accueil du Musée,
- Centres sociaux, de loisirs et associations : contacter Delphine Alleaume,
- Scolaires : contacter Marie Mestre.

- Guide du visiteur

Télécharger (format pdf ; poids : 733 K°)

  
 >>Retour à la liste des expositions
 
Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez