Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / EXPOSITIONS / TERMINÉES
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
 
 

TERMINÉES

 
joel,shapiro
Joel SHAPIRO, "Untitled", 2002-2007. Bronze. 4,06 x 8,47 x 3,94 m. © 2013 Joel Shapiro / Artists Rights Society (ARS), New York ; © ADAGP, Paris 2014. Courtesy de l'artiste.
 
Joel SHAPIRO, "Sans titre", 2013. Fonte. 27,6 x 34,6 x 24,1 cm. © 2013 Joel Shapiro / Artists Rights Society (ARS), New York ; © ADAGP, Paris 2014. Courtesy de l'artiste.
 
Joel SHAPIRO, "Sans titre", 2013. Plâtre. 29,8 x 33,7 x 42,7 cm. © 2013 Joel Shapiro / Artists Rights Society (ARS), New York ; © ADAGP, Paris 2014. Courtesy de l'artiste.
 
 
Joel SHAPIRO
Du 18 janvier 2014 au 18 mai 2014
 

Joel Shapiro est né à New York en 1941 où il vit et travaille. L’exposition du Musée d’art moderne présente un ensemble d’œuvres récentes. Dans la salle centrale, deux sculptures, de grandes dimensions, en bronze ("Sans titre", 2002 - 2007 et "Sans titre", 2002 - 2004) paraissent en équilibre ou en chute. L’une semble continuer à "se déployer" dans l’espace qui l’environne. La salle attenante, quant à elle, accueille une série de petites constructions architecturales ("Sans titre", 2013). Joel Shapiro joue sur le poids, la densité et l’équilibre des matériaux. Ses sculptures peuvent être posées au sol, suspendues au plafond ou en appui entre les murs… La relation de l’œuvre à l’espace est pour lui essentielle. Ses formes géométriques assemblées ressemblent à des silhouettes en mouvement et les formes architecturales évoquent des maisons.

FIGURE ET ESPACE

Les sculptures de Joel Shapiro ne sont ni figuratives ni abstraites. Elles sont en effet motivées par des formes géométriques articulées qui deviennent, comme lui-même le dit, "a manifestation du corps". Elles produisent sur le spectateur un effet notable : selon son propre regard, il peut reconnaître dans telle ou telle forme sculpturale la représentation d’une chose précise, concrète, référentielle. Joel Shapiro l’exprime ainsi : "mes sculptures ne revendiquent pas autre chose que leur statut d’objet occupant l’espace." Elles posent ces questions : l’espace existe-t-il et comment le saisir ?

SCULPTURE ET ARCHITECTURE

En 1973, lorsque Joel Shapiro pose au sol sa première maison composée de pièces de bois, il se demande :
"Cela peut-il être une sculpture ?",
 "Est-ce un pentagone ou une maison ?"

Les pièces ici brûlées, fragiles et malléables portent des traces de leur fabrication. Il y a de la tenue et de l’effondrement à la fois, de la construction et de la destruction, comme une représentation qui serait en mutation perpétuelle. Les modifications, les passages produits peuvent provoquer en retour une émotion, voire quelque chose d’angoissant, notamment dans la mise en abîme d’une représentation familière (la maison).

JOEL SHAPIRO ET L'ART MINIMAL

Joel Shapiro expose pour la première fois en 1969, dans l’exposition collective "Anti-illusion : Procedure / Material" au Whitney Museum of American Art à New York. Les années 1960 aux États-Unis sont marquées par l’art minimal. Shapiro en est proche par certains aspects. Comme certains artistes minimalistes (Carl Andre par exemple), il utilise du bois ou du bronze et supprime le socle dans ses premières œuvres car, comme le cadre, il sépare l’art de son environnement.

Impressionné par les œuvres de Robert Morris, Shapiro se situe comme lui dans une prise de distance avec l’art minimal. En effet, Morris se détache, dès 1968, des formes modulaires et de l’aspect sériel des œuvres minimales.

À l’inverse, il défend le rôle du processus créatif qui permet de laisser naître, sans idée préconçue, des formes qui sont chaque fois différentes.

Se démarquant des œuvres minimales lisses, régulières, au fini industriel, Shapiro réalise de petites sculptures ("Maisons"), de façon artisanale, en laissant visibles les traces de son travail. Dans l’art minimal, le spectateur est renvoyé aux éléments de base de l’œuvre (forme, matière), en toute neutralité. Pour Shapiro, l’œuvre doit au contraire emmener le spectateur dans un espace qui devient différent.

Des œuvres de Carl Andre et Robert Morris sont actuellement à découvrir dans l’exposition de la collection d’art américain du Musée.


CITATIONS DE JOEL SHAPIRO

"Arracher la sculpture du sol pour la rendre à l’espace."

"La sculpture est la mémoire du mouvement."

"Je choisis de faire fondre ou non [les sculptures], de manière à ce qu’elles fonctionnent mieux, avec plus d’efficacité (…) Il s’agit de verticalité ou non ; il s’agit d’espace, d’expression et de savoir comment assembler, réunir, unifier."



RESSOURCES

CATALOGUE

Joel Shapiro
Textes : Lorand Hegyi, Richard Shiff / Langues : bilingue français - anglais / Edition : Nicolas Chaudin / Date de parution : dépôt légal janvier 2014 / ISBN 9782350391748 / Prix : 28 euros / En vente à La Boutique du musée / En consultation à la bibliothèque Jean Laude.

VIDÉO

Rencontre avec l'artiste américain Joel Shapiro
Consulter la vidéo sur Youtube ; durée : 7'57".



ON EN PARLE


À LIRE

"The New York Moment" une invitation au voyage dans l'art américain
Samedi 18 janvier 2014. www.leprogres.fr. Le musée d'Art moderne et l'Opéra-théâtre s'associent pour le Festival nouveau siècle. Une invitation au voyage dans l'art américain des années 60 à nos jours, le temps d'une semaine.

À ÉCOUTER

"New York à Saint-Étienne"
Dimanche 16 février 2014 sur www.rfi.fr. Qu'est-ce que New York et Saint-Étienne ont en commun ? A priori pas grand-chose, s'il n'y avait pas le Musée d'art moderne de Saint-Étienne qui a eu l'idée d'organiser une triple exposition intitulée "The New York Moment" autour de l'art new-yorkais des années 1960 jusqu'à nos jours.

  
 >>Retour à la liste des expositions
 
Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez