Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Expositions / Expositions archivées
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
 
 

Expositions archivées

 
enzo cucchi, l'uva pende
"L'uva pende", 1995. © Enzo Cucchi.
 
 
Enzo CUCCHI
DISegno
Du 03 mars 2006 au 23 avril 2006
 

L'exposition présentée au Musée d'art moderne de Saint-Etienne nous donne à voir plus de 170 dessins, accompagnés de 2 grandes toiles et d'un dessin de 9 mètres de long.

Les dessins d'Enzo Cucchi ont été exécutés entre 1979 et 2006. Ce qui frappe d'emblée est la continuité, l'homogénéité dans ces dessins, une pratique constante, qui nous semble quotidienne tant la production est profuse. La technique utilisée par l'artiste est toujours sensiblement la même : le fusain domine, mais le stylo bille, le crayon, et parfois le pastel ou l'aquarelle sont aussi présents.
Des brûlures aussi viennent former une trouée aux contours bruns dans le papier. Le dessin implique une pratique de l'urgence et de la spontanéité.
Chaque dessin est comme l'expression d'un imaginaire personnel, brut et primitif. Difficile de chercher le sens de chaque image, alors qu'une atmosphère s'impose dans l'ensemble des oeuvres. Ce qui s'y passe est simple, presque naïf, rien d'extraordinaire dans ce qui nous est donné à voir, et pourtant nous sommes invités à entrer dans la légende...

Enzo Cucchi s'impose dans ses dessins comme un conteur d'un autre temps, qui n'a pas d'histoire à raconter mais un univers à évoquer, fait de peurs et d'espoir, de sérénité et de menaces. Des images persistent et hantent les murs où sont accrochés les dessins : un chien, un homme assis au sommet d'une montagne, des grappes de raisin, des têtes et des crânes.

Tous ces signes qui se répètent sont le langage de l'imaginaire d'un homme. Tous sont reconnaissables et identifiables, mais aucun ordre, aucune composition précise nous aident à les comprendre. Ils sont déformés, agrandis, ils s'agglomèrent, une image en entraînant une autre - un chien porte une maison, un crâne est soutenu par un pied...

Le langage de l'artiste est énigmatique, mais il porte en lui la magie universelle.
La communication qu'il nous propose n'est pas celle du discours logique ni même de la narration, elle est celle du poète, qui évoque plutôt qu'elle dit. Le dessin permet sans doute davantage encore cette non-affirmation, le signe comme la possibilité d'incarnation d'un imaginaire ouvert.

Traditionnellement le dessin est le terrain de l'esquisse, de ce qui va mener au définitif, il existe alors dans une sorte de stabilité du non-fini, du "à-venir". Il nous reste alors à nous laisser emporter par ces signes, des bateaux portés par des crânes, un immeuble qui devient tronçonneuse face au guillotiné, l'homme et son livre, assis sur la montagne, le chien omniprésent, gardant la maison, à l'intérieur et à l'extérieur, dans le ciel même.

Enzo Cucchi est autant poète qu'il est peintre. Tel Rimbaud qui cherchait à atteindre l'inconnu, il porte en lui cet enthousiasme du voyant qui veut évoquer l'en-deçà ou l'au-delà des événements incarnés par les éléments qui nous entourent. Il invente ainsi une mythologie de la simplicité, des petites choses qui échappent au doute. Sa poésie n'est pas lyrique, et le monde qu'il nous montre n'a rien d'idyllique. La mort y est présente, de même que les larmes et le sang, mais tout pathos en est absent. Le crâne, pour lui, est ce que les pommes étaient pour Cézanne, une image simple, un sujet d'étude.
De plus il se plaît à raconter comment ce crâne est présent au sein de la vie quotidienne de son village, désacralisé et dédramatisé, présent comme se doit de l'être la mort/double de la vie et porteuse aussi d'un futur. Le temps est cyclique et la mythologie sert aussi à ça : reconnaître les signes d'un cycle universel et intemporel, donner à l'existence une fondation commune faite de signes de reconnaissances, de petits riens.



CATALOGUE

enzo cucchi, catalogue exposition disegno

Enzo CUCCHI, DISegno
Textes : Lorand Hegyi, Sergio Risaliti et Achille Bonito-Oliva /  Editions Nova Officina Poligrafica Laziale, Rome, 2006 / Prix : 40 euros / Disponible à la librairie du Musée et en librairies spécialisées. Consultable à la bibliothèque Jean Laude.

  
 >>Retour à la liste des expositions
 
Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez