Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Club des Partenaires / Interview du Président du Club des Partenaires
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



 
 

2016, septième Prix des Partenaires.
Jérémy Demester.
Vue de l'exposition. Au premier plan :  "Ras Me Le Mi Chaka", 2014. Eau-forte. 22 x 16 cm. Courtesy de l'artiste et de la Galerie Max Hetzler, Berlin | Paris.
Photo : Charlotte Piérot/SEM 2016.



Soirée du Club des Partenaires, mardi 24 mai. Photos : Élodie Pilon/SEM.

Agathe Pitié, Bloods'n Crips, 2014.

Agathe Pitié, "Bloods’ n Crips", 2014. Encre de Chine pigmentée, aquarelle et dorure liquide sur papier à la cuve. 130 x 80 cm. Courtesy Galerie Métropolis, Paris. © Agathe Pitié. Photo : Yves Bresson/MAMC.

Marina Perez Simao, Sans titre, 2009.

Marina Perez Simao, "Sans titre", 2009. 105 x 74 cm. Fusain, crayon et acrylique sur papier coréen. © M. Perez Simao.

 

 

 

Interview du Président du Club des Partenaires

Directeur régional de la société Eiffage TP, Didier Michel est le président du Club des partenaires du Musée d'art moderne, constitué fin 2006 à l’initiative notamment d’entreprises jusque-là mécènes individuels du musée. Il est constitué aujourd’hui d’une dizaine d’entreprises : Groupe Casino, Eiffage TP, GIT Immobilier, CIC Lyonnaise de Banque, XXL Atelier, ADEO, M21 Fayard, Boulliard Sarl et Optimum.

En 2010 votre Club a attribué son deuxième Prix des partenaires à Anne Laure Sacriste, exposée actuellement au musée. Pourquoi cette démarche et comment s'organise-t-elle ?

Didier Michel :
"Nous avons eu l’idée de créer un prix en 2009, pour avoir une action qui reste un peu plus dans le temps et aider de jeunes artistes vivant et travaillant en France. Nous confions à Lóránd Hegyi et son équipe, le directeur général du musée, le soin de constituer une liste d'une dizaine de jeunes artistes qui avancent bien. On leur demande de constituer un petit dossier. Puis un jury comprenant Lóránd Hegyi, des journalistes et critiques d'art et moi-même juge ces travaux. Ce prix est concentré sur le dessin. Le premier a été attribué en 2009 à Marina Perez Simao, jeune artiste brésilienne vivant en France. En 2010 nous avons choisi à l'unanimité le travail d'Anne Laure Sacriste, une jeune femme parisienne, peintre, graveur et dessinatrice. Le prix est doté d’une exposition au Musée d'art moderne et de l'édition d'un catalogue, un "book" qui permet à l'artiste de mieux se faire connaître, soit une valeur de près de 15 000 euros. Nous essayons aussi d'acquérir pour le musée quelques œuvres de l'artiste lauréat...".

Comment fonctionne ce Club des partenaires ?

Didier Michel :


"Il est régi par la loi de 2003 sur le mécénat, et 100 % de l'argent versé par les entreprises est reversé au musée. C'est donc un bénévolat total. Nous décidons de l'allocation des fonds en partenariat avec le musée. Cela peut être pour des acquisitions. Nous contribuons aussi beaucoup à communiquer, ce que fait peu le musée car il a peu de budget pour acheter des espaces publicitaires. Par exemple nous finançons des espaces dans le magazine de référence en art contemporain Art Press, ainsi qu'une campagne d'affichage de trois mois à l'aéroport de Saint-Exupéry... Nous avons également apporté notre soutien à des catalogues comme celui de la collection du XXe siècle."


Quelle est la valeur du "ticket d'entrée" au Club des partenaires ?

Didier Michel :

"Il y a trois niveaux : "membre participant" jusqu'à 2000 euros, "membre partenaire" pour les entreprises versant entre 2000 et 10 000 euros et "membre associé" au-delà de 15 000 euros. Mais grâce à la loi sur le mécénat, l'entreprise arrive à défiscaliser 85 % de ce qu'elle donne, car elle bénéficie de 60 % de réduction d'impôt, plus une contrepartie en nature valorisée à hauteur de 25 % de son don."


Quelles sont ces contreparties ?

Didier Michel :
"Des visites guidées gratuites, la mise à disposition de la salle de conférence et du hall, la possibilité d'organiser des réunions de travail au musée, des soirées organisées en présence des artistes à chaque nouvelle exposition, trois ou quatre fois par an... Les visites guidées sont très bien pour faire des opérations avec nos clients. Comme il y a au musée un restaurant de bon niveau, on peut faire une visite guidée de 45 minutes avant ou après un déjeuner. C'est un moment de plaisir important pour faire découvrir ce lieu souvent sous-estimé par nos clients..."


Les entreprises partenaires sont très différentes. Qu'est-ce qui les rassemble dans cette démarche ?


Didier Michel :

"Toutes sont des entreprises présentes sur le territoire stéphanois depuis longtemps, et veulent contribuer à ce que notre territoire soit plus agréable. C'est une politique de territoire et de long terme pour changer l'image de Saint-Étienne. 2009 et 2010 ont été des années difficiles sur le plan économique. Mais maintenant que les choses vont un peu mieux, en 2011 nous allons mener une action forte pour faire grossir notre club... J'ajoute que notre démarche est unique : ailleurs il y a beaucoup de clubs d'amis de musées, mais rarement des clubs d'acteurs économiques partenaires. Et nous commençons à être pas mal sollicités par d'autres musées intéressés par notre démarche..."
Interview réalisée en janvier 2011 par Henri Colomb.

Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez